L'actualité du vin

Le bio et le vin...on en est ou ?

Divers
08 décembre, 2014


L’écologie et les comportements eco-responsables font aujourd’hui partis de notre quotidien et la société nous sensibilise de plus en plus sur ce point. Après des domaines comme l’environnement ou l’alimentaire, c’est depuis quelques temps le vin qui est touché par la bio attitude et la philosophie du mieux consommer. Ve2f s’est donc intéressé cette semaine à un article du Figaro qui nous donne quelques informations concernant le marché du vin bio, chiffres d’une étude de l’Agence Bio à l’appui.

 

         


Le vin bio en quelques chiffres

Nous nous devons de commencer cette étude avec deux chiffres assez forts et très révélateurs.
Comme nous le disions plus haut, le bio fait dorénavant définitivement parti de notre culture. Les publicités, les productions et les magasins bio se développent à vitesse grand V et c’est ainsi qu’on estime aujourd’hui que 49% des français consomment au moins un produit bio par mois. Avec les français consommant de plus en plus de vin, il est donc normal que cette donnée s’applique également au domaine viticole. Ainsi, parmi cette consommation bio, 11% serait consacré au vin (Ce qui représente touefois un nombre de bouteille encore assez faible).

1 français sur 3 consommerait du vin bio au moins une fois. Ce créneau devient donc un véritable marché qui est estimé à un demi-milliard d’euros en 2013 et rajoute une palette supplémentaire au domaine du vin.
Ce qui n'indique en aucune façon que le vin Bio est meilleur, ou meilleur pour la santé, le vin Bio n'est-il pas juste un concept ?


Quid du vin bio ?

Mettons un peu de côté les chiffres pour  nous pencher sur ce qui motive vraiment les français à acheter et consommer du vin bio.

Il est important de rappeler que les productions bio sont soumis à une réglementation européenne qui impose des règles allant de la production à la transformation et en s’étendant même jusqu'à l’étiquetage et à la vente.
Elle impose entre autre d’exclure tous produits de traitements de synthèse (ce qui indique "aprés une réaction chimique artificielle") dans la production et permet d’obtenir des vins d’une maturité plus savoureuse grâce à un meilleur équilibre des saveurs, (cela n'a jamais été prouvé ....)
La culture en Bio impose certaines années malheureusement un bien trop grand nombre de traitements avec le souffre et le cuivre ce qui a l'inconvénient de désiquilibrer les sols et peut présenter des risques de résidus toxiques dans les vins..... (le consommateur n'est pas informé de cela et c'est dommage)


                      


Comme beaucoup d’autres aliments écologiques, ce sont donc la préservation de l’environnement, la qualité et la sécurité alimentaire qui priment parmi les raisons évoquées par les consommateurs.
Enfin, ces derniers apprécient également d’acheter leur vin par le biais de la vente directe, donc sans intermédiaire, ou en magasins spécialisés comme les biocop.

Ce sont sans doute ces éléments qui poussent les amateurs de vin à dépenser plus pour une bouteille bio que pour une bouteille classique qui est moins chère de 1,8 € en moyenne.
Ces différentes données permettent à la France d’être aujourd’hui 1ère productrice mondiale de vin bio avec l’Espagne et l’Italie, ce qui en soit respecte l'ordre classique de la production !!!

Nous pouvons conclure cet article sur une note positive puisque ce marché génère en France des emplois supplémentaires. En effet parmi les différences observées entre vin bio et vin classique, nous noterons que le premier génère 3,5 emplois par exploitation alors que le second n’en nécessite que 1,8.
Par contre il est à noter qu'il ne faut pas confondre Bio et naturel. si le vin Bio exige une production réglementée sur les intrants (Engrais et phytos), elle ne les exclus pas totalement.
De nombreux produits oenologiques peuvent etre employés, ce qui est trés loin du naturel qui interdit tout artifice.
Le débat est ouvert....
 
Pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette actualité
Vous devez être connecté ou vous inscrire pour pouvoir participer aux commentaires.


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
La consommation de boissons alcoolisés pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l'enfant.