L'actualité du vin

Comment bien choisir sa cave à vin ?

Divers
12 janvier, 2015
Les amateurs de vin ne seront plus frustrés de vivre en appartement puisqu’il existe des caves à vin. Avec la montée de l’œnologie et de la consommation de vin dans notre quotidien, il est donc normal que ce type de solutions existe. Les magasins et les professionnels de la vente ont su saisir l’opportunité et nous retrouvons donc sur la toile et dans les points de vente, un choix impressionnant d’armoires à vin. Mais comment les choisir et pourquoi ? Ce sont les questions auxquelles nous allons tenter de répondre dans cet article, afin de vous aider à faire votre choix.

Cave à vin de service

Determiner votre besoin
Il est normal de permettre à tous les types d’amateurs de vin de consommer leurs bouteilles en fonction de leurs habitudes. C’est pourquoi avant toute chose, il est primordial de déterminer si vous avez besoin de simplement stocker vos bouteilles afin de les déguster à court ou moyen termes ou de les stocker pour les faire vieillir et ainsi les conserver plusieurs années. Vous devrez alors acquérir une armoire à vin dans le 1er cas et plutôt une cave de vieillissement dans le second.


Vous devrez ensuite faire votre choix parmi les critères suivants : La dimension, la capacité de stockage et la consommation électrique.
Vous seuls serez juges de la dimension idéale selon votre intérieur et lieu de stockage et pourrez veiller à acheter une armoire ne consommant pas trop d’énergie afin de ne pas prendre peur lorsque vous recevrez votre facture d’électricité !

Concernant, la capacité de stockage vous trouverez de tout puisque les contenances proposées vont de quelques bouteilles à plus de 300. Il faut cependant se méfier des capacités annoncées par les vendeurs qui parlent en nombres de bouteilles classiques, à savoir une bouteille bordelaise de tradition 75cl. Mais si vous souhaitez y ranger des bouteilles de capacités et de formes différentes, il faudrait plutôt opter pour des caves avec des clayettes de tailles différentes, réversibles ou encore avec un système d’empreintes réglables les rendant universelles.
A vous de déterminer ensuite votre besoin de capacité. Nous ne saurons trop vous conseiller de réfléchir sur le long terme et de prendre en compte le fait que si vous souhaitez faire vieillir des bouteilles tout en consommant, ces dernières se stockeront rapidement dans votre cave et vous aurez alors besoin de place.


Une température précise et une absence totale de lumière
Tous les professionnels sont ensuite d’accord sur plusieurs critères. Tout d’abord sur le fait que la température idéale doit être d’environ de 12° mais ensuite et surtout sur le fait qu’une bonne cave à vin doit avoir une porte pleine et non vitrée. En effet, les vitres bien que traitées contre les U.V laissent tout de même passer la lumière qui est extrêmement néfaste pour les bouteilles et leurs bonnes conservations. De plus, les portes vitrées consomment beaucoup plus d’énergie. Pensons donc une fois encore à votre facture d’électricité !


Des critères à respecter pour une conservation opitmale
Ensuite, un des points primordiaux qu’il est nécessaire de prendre en compte concerne l’hydrométrie. (Définition wikipédia : Caractérise l’humidité de l’air, à savoir la quantité d’eau sous forme gazeuse présente dans l’air humide)
Pour une bonne cave de vieillissement, cette dernière doit être supérieure à 60%. Une cave avec un hydromètre interne est donc idéale.


Enfin, une bonne ventilation et une absence totale de vibrations sont totalement essentielles. Les meilleures caves à vin disposent donc d’un filtre à charbon actif, d’un système anti vibrations et devront être installées dans des endroits frais et bien aérés et évitant la cuisine et le garage.

Bonne conservation !
 
Pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette actualité
Vous devez être connecté ou vous inscrire pour pouvoir participer aux commentaires.


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
La consommation de boissons alcoolisés pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l'enfant.