Cépage Auxerrois

L’auxerrois, originaire de Lorraine, a été créé au début du XXe siècle, au centre d’expérimentation de Laquenexy par le docteur Werner1. Il est un des cépages autorisés dans les AOC moselle, alsace, côtes-de-toul, ainsi que pour certains vins de pays tels que le Côtes-de-meuse ou le coteaux de Coiffy… Souvent associé au pinot blanc dans l’AOC alsace, il est alors vendu sous l’étiquette klevner (ou clevner) ou bien pinot. Ces deux cépages voisins, mais ampélographiquement distincts, donnent ensemble des vins d’une qualité constante, bien équilibrés, discrètement fruités et d’une agréable souplesse.
cepage



Le nom auxerrois apparaît rarement sur les étiquettes, sauf sur les côtes-de-toul, côtes-de-meuse ou coteaux de Coiffy. Nombreux sont les amateurs de vins d’Alsace à n’avoir jamais entendu parler de ce cépage et il est possible qu'une bouteille de pinot d'Alsace contienne en réalité de l’auxerrois.

Ce cépage entre en outre dans l’edelzwicker.

Enfin, avec le pinot blanc, l’auxerrois est largement utilisé dans l’élaboration du crémant d'Alsace. En France, la culture de l'auxerrois est en extension passant à 1 950 hectares en 1999. Des petites plantations sont connues au Luxembourg, en Allemagne, au Canada et en Afrique du Sud. Au niveau mondial, il couvre plus ou moins 2 300 hectares.

Si le pinot blanc est cultivé en Alsace depuis le Moyen Âge, la production d’auxerrois est plus récente et date de 1950. Alors qu’on pourrait le croire originaire de l’Yonne, dont Auxerre est le chef-lieu, il provient sans doute de Lorraine où il est toujours cultivé sur les Côtes de Toul et les Côtes de Meuse. Ce cépage blanc cultivé principalement en Alsace et en Lorraine est en fait l’auxerrois de Laquenexy près de Metz. Les Lorrains l'auraient protégé de l'occupation allemande en l'exportant dans des pépinières proches d'Auxerre d'où son nom auxerrois.

On l’appelle souvent pinot auxerrois bien que n’étant pas apparenté aux pinots. Certains le rapprochent du sylvaner ou du chardonnay depuis le XIXe siècle.

L’ampélographe Pierre Galet dément ces hypothèses et considère qu’il s’agit d’un cépage distinct, étudié pour la première fois à Laquenexy, dont les origines restent imprécises.

En 1999 des chercheurs de l'Université de la Californie à Davis ont soumis 322 échantillons de vignes à des analyses génétiques poussées. En tout, seize cépages, dont l'auxerrois, sont le résultat de croisements entre le gouais blanc et le pinot[Lequel ?]. Il s'agit de l'aligoté, de l'aubin vert, de l'auxerrois, du bachet noir, du beaunoir, du chardonnay, du dameron, du franc noir de la Haute Saône, du gamay blanc Gloriod, du gamay du knipperlé, du melon, du peurion, du romorantin, du roublot et du sacy.
Selon le catalogue international2, l'auxerrois serait d'origine pinot X heunisch weiss.


Aptitudes culturales

La maturité est de deuxième époque : 10 jours après le chasselas. Il est de maturité plus précoce que le pinot blanc, dit «vrai»

Potentiel technologique

Les grappes et les baies de l’auxerrois sont petites. La grappe est compacte. Le cépage est de moyenne vigueur. Il est peu fertile à la taille courte, on le conduit donc généralement à la taille longue. Ce cépage est bien adapté aux zones septentrionales et aux terroirs calcaires. On reconnaît un vin issu 100 % de l’auxerrois à son caractère épicé et doux ainsi qu’à sa faible acidité et à sa bonne teneur en alcool.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
La consommation de boissons alcoolisés pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l'enfant.